L'art d'éviter d'être otage de sa propre vie


En cette période si particulière où nous vivons collé/serré avec quelques membres de nos familles tout en étant si loin des autres, il n'est pas rare de voir surgir des tensions.

Que celui qui n'a rencontré aucune tension ces 5/6 dernières semaines à rester confiner avec ses enfants et/ou son (sa) partenaire lève la main ? Que celui qui me dit que télétravailler n’a que des points positifs, qu'il n'a rencontré aucun problème de communication avec ses autres collègues, lève la main? Si vous n’avez pas levé la main, soit vous êtes un super héros soit un serial menteur 😉


Bref, ces dernières semaines, nous avons tous fait notre devoir de citoyen en restant chez nous et il n'est pas rare que certaines disputes ou tensions soient apparues. Mais comment faire en sorte de ne pas en faire une montagne ? Comment faire pour que votre maison ne ressemble pas à une cocotte-minute prête à exploser ? Comment faire pour digérer cette petite remarque à peine cachée dans le mail de votre collègue Marcel ? Comment faire pour exprimer à votre boss que vous allez frôler le burn-out si vous continuer à ce rythme jusque septembre en conciliant votre travail et vos enfants tous deux en plein temps?

J’ai une solution simple et facile : Mettez le poisson sur la table!

Pardon? Quesaquo?

Mettre le poisson sur la table est une expression venant du livre de Georges Kohlrieser. Cet ancien négociateur professionnel (de situations à risque on s'entend) partage comment éviter devenir otage des événements extérieurs et leur donner le contrôle de nos propres vies.

Si vous sentez la moutarde vous venir au nez, si vous avez l'impression que la frustration et le ressentiment sont des émotions trop présentes dans votre quotidien, si vous avez l'impression que l'un de vos proches ou l'un de vos collègues est toujours sur votre dos et qu'il vous étouffe, alors il est temps de mettre le poisson sur la table. Il est temps d'exprimer le problème, d'une manière constructive il va de soi, avec les personnes concernées. Dans cet article, je partagerai avec vous quelques conseils pour renouer le dialogue, pour négocier (car selon l'auteur tout est une question de négociation) et reprendre le contrôle de votre vie.


Mais avant, laissez-moi juste vous expliquez ce qu'il risque de se passer si vous ne mettez pas ce poisson sur la table. Voyez un problème comme un poisson. Si vous laisser le poisson sur le côté, les mouches et les larves vont s’en charger et bonjour l’odeur. Vous pourrez faire ce que vous voudrez, l’odeur va être de plus en plus puissante et de plus en plus nauséabonde. Pour éviter cela, il vous faut le vider et le cuisiner le plus vite possible. C’est pareil pour le problème. Plus vous attendez de crever l’abcès et plus vous gardez en vous émotions. Bonjour alors à la frustration et le ressentiment. Vous allez cogité encore et encore et le problème ne fera qu’empirer ! Le risque: ressentiment, agressivité et vous posez en situation de victime. Vous devenez otage de ces personnes et de ces situations extérieures.


Bref, j'ai vraiment envie de vous éviter cela et voici quelques conseils pour vous aider à vous libérer de vos frustrations et donc mettre le poisson sur la table. Cela marche évidement autant en temps de confinement qu’en temps normal.


Avant de mettre le poisson sur la table:

1. Mettez-vous dans le bon état d'esprit et visualisez une conversation constructive, bienveillante. 

Si d'emblée vous vous dites que cela ne sert à rien, il y a fort à parier que ce sera le cas puisque vous vous conditionnez à aller droit dans le mur. Alors on change d’état d’esprit et on tente le tout pour le tout ! On se dit qu'on a tout à y gagner. On sera gagnant rien que d'avoir essayé et d'avoir voulu crever l’abcès.

2. Acceptez de rentrer dans un dialogue, une communication RÉCIPROQUE. Vous devez accepter que l'autre personne a une opinion, des émotions et qu'il souhaite aussi les partager pendant votre discussion. Ce n'est pas seulement dans un sens.

Si d'emblée de jeu, vous vous dites que la personne ne va pas vous écouter, il serait peut-être intéressant de se demander dans le fond qui n'a pas vraiment pas envie d'écouter l’autre ? N'y-a-t-il pas une part ce défaut qui vous incombe aussi ?

3. Considérez que ce n'est pas la personne le problème mais la situation Concentrez-vous sur le désaccord. Ne diabolisez pas la personne.

4. Définissez quel est l'objet du dialogue, vos besoins, le résultat que vous souhaiteriez atteindre (Vous souhaitez que votre conjoint prenne le relais pour les repas au moins 3 soirs/semaine ? Vous souhaitez que votre collègue Marcel reconnaisse davantage votre travail ou qu'il vous fasse personnellement de ses remarques à vous personnellement et non dans des mails d’équipe ? Vous souhaitez prendre un congé parental d'1/5eme ?) Bref, il est important, comme pour toute "négociation" de savoir ce que vous voulez précisément. 

5. Identifiez également les besoins, les intérêts et le résultat que l'autre personne souhaiterait atteindre.

6.  Voyez s'il y a certaines synergies possibles entre vos besoins, vos intérêts et déterminer un objectif commun.

Votre mari ressent aussi cette ambiance cocotte-minute et voudrait aussi plus de temps pour lui. Alors, peut-être il serait ok de préparer les repas 4X par semaine mais si vous arrêtez de lui faire constamment des remarques et que vous concédiez à lui laisser faire une soirée poker entre pote (par skype). Votre employeur a tout intérêt à vous garder en bonne santé et a peut-être des soucis financiers. Cela le soulagerait peut-être de ne vous payez qu'en 4/5eme... ?

7. Choisissez-le bon moment et les bonnes conditions!


Lorsque vous mettez le poisson sur la table

1. Expliquez calmement votre situation, vos ressenti en utilisant JE. Mettez de côté la mitraillette à reproches" Tu fais ça, Tu m’as dit ça, Tu ..."  qui est le parfait outil pour braquer l'autre. Parlez clairement des faits, de l’émotion que vous avez ressentie et exprimez votre objectif.  Par exemple : Je ressens une grande tension à la maison, tout le monde se crie dessus dont moi. Je ne me sens pas bien car je n'ai pas de temps pour moi et je ressens le besoin de faire du sport. Cela m'aiderait à faire sortir mes tensions et de me sentir mieux dans mon corps. Et donc d'être sans doute plus agréable à la maison. Pourrais-tu certains soirs t’occuper de faire le repas pendant que je pars courir?” 

2. Ecoutez activement sans interrompre l'autre personne, ses besoins et ses ressentis et acceptez-le. C'est sa vision, sa carte du monde. Vous n'avez pas à interférer ! 

3. Ne répondez pas aux provocations. S'il sort sa mitraillette à reproche, plutôt que de vous braquer, proposez-lui la technique "fait/émotion" présentée juste en haut pour assure un dialogue constructif. Gardez vos commentaires. Concentrez-vous sur votre objectif. Si votre approche échoue et que la personne devient grossière, irrespectueuse, faites remarquer le comportement de la personne "Je ne comprends pas très bien pourquoi toutes ces attaques alors que NOUS essayons de résoudre le problème ? Ne peut-on pas éviter les reproches et nous concentrer sur une solution ? Ramenez- le à la raison.

4. Trouvez ensemble votre objectif commun. Votre travail de préparation vous aura aidé à avoir le recul nécessaire et de venir avec des options. 

5. Montrez à l'autre personne que vous la respectez et que vous avez une mentalité gagnant/gagnant. Vous n'êtes pas là pour mettre l'autre à genoux mais pour trouver une situation où tout le monde s’y retrouve.


Bref, mettre le poisson sur la table, c'est oser partager avec les autres quelque chose qui vous tracasse, quelque chose qui vous a blessé, une situation qui n'est plus tenable. C'est accepter de rentrer en dialogue avec les autres pour essayer de trouver un objectif commun où tout le monde est gagnant. C'est se libérer de cette petite voix qui ressasse continuellement un problème, une phrase qu'on aurait dû dire. C'est accepter de prendre aussi en considération la réalité, les émotions de l'autre personne et ne plus la diabolisez. Et au final c'est se LIBÉRER des frustrations, du ressentiment et l’agressivité qui en découle. C'est se sentir libre et reprendre sa place !


Si vous voulez aller plus loin dans les outils présentés, trouver les bonnes modalités pour les mettre en pratique, c’est précisément mon métier! N’hésitez pas à me contacter.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout